Les Polypores : la pourriture fibreuse
et blanche du bois

Le bois contaminé est décomposé jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’une structure fibreuse. Le bois ne peut pas être réduit en poudre avec les doigts mais on peut le « cueillir » par petits tas. En outre, le bois a une couleur qui va généralement du clair au blanc.

L’agent provoquant le plus souvent rencontré
est le Donkioporia expansa

Ces polypores attaquent les bois de feuillus, tout particulièrement le chêne et le châtaignier qu’ils détériorent  profondément. Ils se rencontrent également sur le bois de hêtre et beaucoup plus rarement sur les bois de résineux, l’épicéa, le sapin, le pin rouge du nord.

Le bois pourri apparaît comme une masse spongieuse et légère de fibres de cellulose blanchâtres à ocre clair, désintégrées et entremêlées de lames de mycélium blanc, ne se réduisant pas en poudre à l’état sec sous la pression des doigts. Sur le pin rouge du nord, la pourriture fibreuse éclaircit la teinte du bois et désolidarise les cernes du bois en feuillets superposés.

Les polypores sont fréquents dans les lieux obscurs, humides et assez chauds, caves, cages d’escalier, armoires encastrées, planchers sous balatum, parquets de chêne, charpentes, fenêtres et volets.

Les charpentes anciennes de chêne, qui par ailleurs défient le temps, sont sujettes à l’attaque de ce champignon si la couverture de toiture est défectueuse.

Il faut, pour son développement optimal, une humidité constante et élevée, une teneur en eau du bois de 35 à 45 % et une température de 25 à 27 ° C. A température plus basse il ne croît que très lentement.