Exécution des travaux pour le traitement
des champignons du bois

  • Définir la ou les causes de la contamination par les champignons
  • Rendre la zone attaquée accessible : dégagement des recouvrements (panneaux, plâtre, isolation, recouvrement de sol,…). Il faut tenir compte d’une zone de sécurité suffisante. Dans le cas de la mérule, cette zone s’étend jusqu’à un mètre de la dernière trace visible de mycélium et ce dans toutes les directions.
  • Eventuellement, pose d’étançons.
  • Décapage des enduits.
  • Evacuation du bois contaminé.
  • Elimination des filaments, du mycélium et des rhyzomorphes de mérule par brossage de la zone dégagée et brûlage (à la flamme ou chimique)


Le traitement des champignons présents dans la maçonnerie
se fera de la manière suivante :

  1. La maçonnerie sera forée sur 2/3 à 3/4 de son épaisseur. Les trous seront forés en biais, de préférence dans les joints de mortier, car le produit pénètre généralement mieux dans le mortier que dans les briques. Les trous auront un diamètre de 12 à 20 mm et seront espacés de 15 à 30 cm. La zone contaminée sera complètement enveloppée et en outre divisée en sections.
  2. Les trous de forage seront injectés sous pression à saturation au moyen d’un pistolet à pression. Dans le cas de murs dont l’épaisseur atteint ou dépasse les 45 cm, les injections se feront sur les deux faces si possible. Toute la surface sera traitée à saturation, à basse pression (2 à 3 kg) et sans formation de brouillard (grosses gouttes) en veillant à ce que le produit ne coule pas.
  3. Dans les cas graves, après avoir terminé les injections dans les murs, des trous de forage seront remplis avec un gel fongicide. Ce gel migre lentement dans les joints et dans la brique et forme une réserve fongicide qui a également une efficacité préventive; un badigeon de gel fongique peut être également appliqué sur le mur après pulvérisation.

Le produit de traitement des champignons du bois, à base de propiconazole et d’ammonium quaternaire, a reçu un agrément technique; Il est utilisé aux doses préconisées par le fabricant, permettant ainsi de garder une concentration suffisante de matière active rémanente dans le mur, évitant tout risque de récidive.