Alors le risque de récidive est très élevé.

Sur les photos, nous voyons un traitement réalisé par une firme concurrente qui n'a pas ôté toutes les boiseries contaminées dans la zone, n'a pas dégagé les têtes de gîtes et a utilisé des boiseries traitées par trempage (et donc un traitement insuffisant) pour les réparations.

Lors de notre intervention, nous constatons un nouveau développement de mérule sur le plancher réparé et, après dégagement, constatons que des boiseries contaminées avaient été laissées dans la zone précédemment traitée.

Le traitement complet a dû être à nouveau réalisé et les gîtes ont été remplacées par du bois traité autoclave.

  • le développement "primaire"
  • nouveau développement de champignon sur plancher réparé
  • le développement "secondaire"
  • zone traitée par firme concurrente
  • la zone n'avait pas été "stérilisée"